• Soutenance de thèse,

Produire des valeurs scolaires dans toutes les classes ? : Flux et fictions dans l’enseignement et les établissements

Publié le 29 janvier 2016 Mis à jour le 30 octobre 2018

M.JOUVENCEAU Maxime, présente sa thèse en sociologie, sous la direction de thèse M. VATIN François Le vendredi 16 novembre à 14h

Date(s)

du 16 novembre 2018 au 17 novembre 2018


le vendredi 16 novembre à 14 h
Lieu(x)
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Bâtiment B Pierre Grappin
Salle Paul Ricoeur (B016)  -RDC
M. Maxime JOUVENCEAU, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du Doctorat de lettre et Sciences Humaines

CNU : 19 - Sociologie, Démographie   

Directeur de thèse
M. François VATIN, Professeur des Universités

Membres du jury
Mme Sandrine GARCIA, Professeur des Universités,  Université Dijon Bourgogne
M. Xavier PONS,  Maître de conférences -HDR,  Universités Marne La Vallée
M. Christian LAVAL, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre
Mme Elisabeth BAUTIER, Professeur des Universités, Paris 8 Saint Denis
M. François VATIN, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre


Résumé

Cette thèse a pour objectif d’analyser les mécanismes qui organisent les flux des élèves et des étudiants dans le système scolaire français. La différenciation des carrières des élèves se fait essentiellement au lycée et a des conséquences en termes d’inégalités des apprentissages et d’orientation ultérieure dans l’enseignement supérieur. Les différences relatives aux apprentissages sont une des raisons de l’affaiblissement du contrat didactique entre les enseignants et les élèves. Les élèves qui fréquentent les segments les moins valorisés de l’enseignement secondaire sont conscients de leur situation de relégation et ont de faibles espérances scolaires. Ceux des meilleures séries de baccalauréat ont de fortes espérances car ils acquièrent des « valeurs scolaires » reconnues dans l’enseignement supérieur ou sur le marché du travail.
L'existence d'un baccalauréat à statut unique, mais de fait organisé en séries différenciées permet une mobilité scolaire à la marge tout en produisant une insidieuse fiction d’égalité. En conséquence, la capacité de formation de l’organisation scolaire et son efficacité en termes d'apprentissage sont réduites. La focalisation sur l'unique question de l'inégalité scolaire apparaît in fine comme un obstacle à la bonne compréhension de ce qui se joue dans l'institution scolaire et à l'identification des mécanismes qui pourraient, ne serait-ce qu'à la marge, améliorer son fonctionnement pour tous. L'enjeu serait d'étudier les possibilités d'optimisation d'apprentissage de l'ensemble des élèves, quelles que soient leurs origines sociales et leurs parcours scolaires, soit de chercher à maximiser la production de « valeurs scolaires » pour tous.

Mots-clés 

Enseignement ; Valeurs ; Flux ; Ethnographie ; Apprentissages ; Évaluation
 

Mis à jour le 30 octobre 2018