• Soutenance de thèse,

Les effets de la pleine conscience sur l’expérience et les pratiques managériales : élaboration d’un mécanisme explicatif

Publié le 27 novembre 2015 Mis à jour le 5 décembre 2017

M. ROUX présente sa thèse en gestion directrice Mme Ducker-Godard Carole son thème de recherche Les effets de la pleine conscience sur l’expérience et les pratiques managériales : élaboration d’un mécanisme explicatif

Date(s)

du 11 décembre 2017 au 12 décembre 2017

à 14h lundi 11 décembre 2017
Lieu(x)
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Université Paris Nanterre
Bâtiment B - Salle 803 8ème étage
M Michaël ROUX, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du Doctorat de Gestion.

CNU : 06 - Sciences de Gestion

Directeur de thèse :
M. DRUCKER-GODARD Carole,  Professeur des Universités



Membres du Jury :
Mme Isabelle BOUTY-BISQUERT, Professeur des Universités - Université Paris 9
Mme Martine SERVILLE-GIROD, Professeur des Universités, Université Lyon 2
Mme Claudine JEANTEUR, Invitée
M. Hervé LAROCHE, Professeur des Universités, ESCP Europe
M. Jean-Michel PLANE, Professeur des Universités, Université Montpellier 3 Paul Valéry
Mme Carole DRUCKER-GODARD, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre.

Résumé :

La présente recherche a pour objet d’élaborer un mécanisme explicatif des effets de la pleine conscience sur l’expérience et les pratiques managériales des managers de proximité ou intermédiaires. Pour cela nous avons mobilisé une littérature croisant la pleine conscience et le manager de proximité / intermédiaire. La question de recherche est formulée à partir d’un double constat. D’une part, la recherche qui s’intéresse à la pleine conscience en gestion est récente et ne propose pas d’approche explicative empirique des liens entre pleine conscience et effets dans les organisations. D’autre part, les travaux concernant la pleine conscience ne s’intéressent pas aux pratiques des managers.
Notre recherche s’inscrit dans un paradigme interprétativiste, développe une approche abductive et propose un modèle théorique « enraciné », au sens de Glaser et Strauss (1967). Sur la base d’une approche exploratoire hybride et qualitative, la méthode combinée de l’étude de cas et de la recherche-action, mise en œuvre par un protocole de développement de la pleine conscience de treize managers au sein de deux organisations différentes, permet d’établir une typologie d’effets perçus de la pleine conscience sur l’expérience et les pratiques managériales, et de proposer un mécanisme explicatif de ces effets.
Le mécanisme mis en lumière par l’étude met en avant la création d’un espace de liberté du manager qui a trois effets principaux sur l’expérience managériale : le développement de l’intelligence émotionnelle, la réduction du stress et une plus grande confiance en soi. Ces changements impactent trois pratiques managériales avec le développement d’une communication moins conflictuelle, plus à l’écoute de l’entourage professionnel, un changement de la posture managériale avec plus de délégation mais aussi plus de proximité relationnelle, et enfin une plus grande capacité d’organisation et de priorisation des activités. Ces changements, corroborés par les collaborateurs, induisent un renforcement de leur bien-être et de leur motivation ainsi qu’une réduction de leur stress sur le lieu de travail.
La recherche met en lumière l’influence de la pleine conscience sur le quotidien du manager et par-delà, l’importance du maintien d’un espace de liberté pour les managers dans un contexte contraint tout comme celle de la gestion des émotions sur le lieu de travail.

 
Mots-clés :

manager de proximité, manager intermédiaire, comportement organisationnel, pleine conscience, pratiques managériales, expérience managériale, stress, intelligence émotionnelle, organisation du travail.

Mis à jour le 05 décembre 2017