• Soutenance de thèse,

Organisations internationales, démilitarisation de la vie politique et construction de la démocratie en Afrique de l'ouest (Cité d'Ivoire, Libéria, Sierra Léone) 1990-2011

Publié le 7 octobre 2015 Mis à jour le 20 décembre 2016
Date(s)

le 3 janvier 2017


à 14 h00
Lieu(x)
Maison Max Weber

 
M. Daouda KABORE, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du diplôme de doctorat Lettres & Sciences Humaines.

CNU: 22- Histoire Civilisations : mondes modernes

Directrice de thèse:

M Ludovic TOURNES, Professeur des Universités


Membres du jury:

Mme Albane GESLIN, Professeur des Universités, IEP Lyon 2
M. Alexander KEESE, Professeur d'Enseignement Supérieur- Université de Geneve
Mme Sandrine LEFRANC, Chargé de Recherche - CNRS, Université Université Paris Nanterre
M. Roland MARCHAL, Chargé de Recherche - CNRS, Centre d'Etudes et de Recherches (CERI)
M. Ludovic TOURNES, Professeur des Universités, Université de Université Paris Nanterre


Résumé

Depuis 1990, l’Afrique de l’ouest connait une phase complexe dans sa sécurisation et dans la lutte contre les conflits armés. Constamment déstabilisés par des tentatives de coups d’Etat militaires, les pays de l’Afrique de l’ouest, notamment la Côte d’Ivoire, le Libéria et la Sierra Léone ont bénéficié d’une aide de la communauté internationale pour le règlement des sources de conflit et le redressement de leurs institutions dans le cadre d’une démocratisation globale des pays africains. Malgré cette ingérence dans les affaires internes des Etats, les stratégies adoptées par les organisations internationales pour sortir la sous-région ouest africaine de l’instabilité et l’insécurité continuent de poser problèmes. Les Etats restent encore fragiles. Dans l’aide apportée, les différentes agences spécialisées des Nations unies construisent plutôt un ensemble de réseaux avec les organisations non gouvernementales internationales (ONGI) pour la gestion des conséquences des conflits armés. Ces ONGI, tout en participant à la stratégie globale de sortie de crise renforcent leur position au niveau national tout en s’ouvrant à de nouvelles missions d’assistance.

Malgré les différentes dispositions prises par la CEDEAO, l’Organisation de l’Unité africaine et de l’Union africaine pour prévenir les conflits et trouver des mécanismes pour leur gestion et leur règlement, les pays étudiés ne parviennent pas à consolider durablement la paix. Les Etats membres profitent du chaos généré, luttant plus pour leurs propres intérêts que ceux de la sécurité collective et le retour à la paix. Face à ce manque de cohérence dans les actions et aux limites des stratégies adoptées jusque-là, la résolution des conflits armés en Afrique de l’ouest continue de susciter interrogations, amenant à proposer une nouvelle approche de la résolution des crises armées en Afrique. Cette thèse vise donc à comprendre les stratégies des organisations internationales, leur efficacité et leur faiblesse dans le retour à la paix et le renforcement des institutions démocratiques


Mots clés :

Conflit armé, relations internationales, sécurité internationale, paix, démocratie, bonne gouvernance, justice internationale, droit international, réfugié.


Mis à jour le 20 décembre 2016