• Soutenance de thèse,

Essai Empirique sur les conséquences de la liquidité globale sur les pays destinataires

Publié le 6 septembre 2013 Mis à jour le 21 juin 2017

M. RAPELANORO RABENJA Nady Velonandro ses travaux de recherche sous la direction de M. ALLEGRET le 12 juillet à 14h

Date(s)

le 12 juillet 2017


à 14h00
Lieu(x)
Bâtiment B - salle B016 Paul Ricoeur
M. RAPELANORO RABENJA Nady, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du doctorat en Sciences Economiques

Section CNU: 05 -  Siences Economiques

Directeur de thèse : M. Jean Pierre ALLEGRET, Professeur des Universités


Membres du jury :

Mme Sophie BRANA, Professeur des Universités, Université de Bordeaux.
Mme Valérie MIGNON, Professeur des Universités, Université Paris Nanterre
M. Jean-Sébastien PENTECOTE, Professeur des Université, Université de Caen
M. Cyriac GUILLAUMIN,Maître de Conférences, Université Grenoble
M. Jean Pierre ALLEGRET, Professeur des Universités, Universités Paris Nanterre,


Résumé

 

La liquidité globale est un concept multidimensionnel au cœur d’un important débat tant pour les chercheurs que pour les banques centrales et les autorités prudentielles à travers le monde. En effet, depuis l’article séminal de Baks et Kramer (1999), la liquidité globale est revenue au cœur de l’actualité durant la crise financière de 2008, car les facteurs de son développement ont été considérés comme ayant participé aux développements des déséquilibres précédents la période (Shin, 2011). De plus, avec l’évolution de ses déterminants au cours du temps, l’analyse de son évolution est devenue décisive tant pour les autorités monétaires des pays émetteurs et que celles des pays destinataires.
Face à l’importance des enjeux entourant la liquidité globale et à la nécessité du suivi de son évolution, la Banque des Règlements Internationaux (BIS, 2011) sous l’impulsion du Comité sur le système financier mondial (CGFS, 2011) a synthétisé ses différentes définitions. Ces travaux ont proposé, d’une part, la distinction fondamentale entre les composantes privée et publique de la liquidité globale et, d’autre part, la catégorisation des mesures de la liquidité globale en fonction, premièrement, de ses deux composantes et, secondement, de leur nature. Ainsi, la mise en place de ce cadre d’analyse a été une étape importante dans le débat sur la liquidité globale dans la mesure où il fournit un socle commun aux études ultérieures consacrées aux enjeux de son évolution permettant de comprendre les différentes approches théoriques et empiriques. Si les approches analytiques ont abordé la question de la liquidité globale sous différents angles, cette thèse propose une contribution à la littérature récente, tournée vers la perspective des pays destinataires. Plus précisément, on analyse les conséquences de l’expansion de la liquidité globale dans les économies émergentes. Trois chapitres structurent cette recherche.
Le premier chapitre se concentre sur la problématique de l’identification des effets de reports de l’expansion de la liquidité globale dans les pays émergents à travers une analyse globale et régionale de ces effets. Les principaux résultats que nous pouvons retenir de ce chapitre confirment le caractère déstabilisateur de l’expansion de la liquidité globale dans les pays destinataires mis en avant dans la littérature. Ainsi, l’expansion de la liquidité globale tend à exercer une pression à la baisse sur les taux d’intérêt et à la hausse sur les prix des actifs domestiques. De plus, notre approche régionale permet de mettre en évidence les effets différenciés de l’expansion de la liquidité globale avec l’importance des effets sur les pays historiquement destinataires des flux de capitaux tels que les pays émergents asiatiques, les pays sud-américains et les pays de l’Europe de l’Est. Enfin, l’une des contributions originales du premier chapitre réside dans la distinction de l’échantillon de pays en fonction de leur régime de change. Notre résultat principal ici est de montrer que le choix d’un régime de change fixe ou d’un régime de change flexible par les autorités monétaires importe peu dans la mesure où les deux groupes de pays présentent des résultats similaires au regard de l’expansion de la liquidité globale.
Le deuxième chapitre a comme objectif principal d’identifier les liens entre la tendance à l’accumulation des réserves dans les pays émergents et l’évolution des conditions de la liquidité globale dans les pays émetteurs, principalement dans le principal émetteur d’actif de réserves mondiales, à savoir les États-Unis. Les principales contributions du chapitre peuvent être résumées en trois points. Il s’agit tout d’abord de l’élaboration d’un cadre d’analyse permettant d’étudier les liens entre la liquidité globale et le phénomène d’accumulation de réserves de change. Ensuite, le principal canal de transmission des effets de l’accumulation vers le pays émetteur de la liquidité globale et des actifs de réserves est identifié. Enfin, la modélisation économétrique adoptée nous permet de mettre en avant les effets déstabilisateurs d’une hausse de la demande en actifs de réserves sur le pays émetteur, en particulier sur le prix des actifs, le solde courant et l’évolution des taux d’intérêt à long terme.
Enfin, le dernier chapitre pose la problématique de l’efficacité des politiques monétaires des pays émergents durant les périodes d’excès de liquidité dans les pays émetteurs de la liquidité globale. Les principales contributions du troisième chapitre de la thèse résident dans l’identification des différents épisodes d’excès de liquidité globale. Il convient de souligner que leurs caractéristiques rejoignent les particularités des trois phases de la liquidité globale identifiées dans la littérature. De plus, les phases du cycle de la liquidité globale ont permis d’identifier la nature des flux de capitaux vers les pays émergents durant les périodes d’excès de liquidité et dont les implications ont motivé le choix de la création de plusieurs indicateurs dans notre analyse. Enfin, l’estimation empirique est consacrée à l’analyse de l’expansion de la liquidité globale sur l’efficacité de la politique monétaire dans les économies réceptrices. Cette analyse, conduite dans chaque pays pris individuellement, nous permet d’établir une hiérarchisation en fonction de cette efficacité à stériliser les flux de liquidités entrants. Une attention est accordée aux objectifs de politique monétaire adoptés et à leur évolution au cours de la période.

 

 

Mots clés : Liquidité globale, Économies émergentes, Effets de débordements, VAR en panel, VAR bayésien, VAR structurels

 


Mis à jour le 21 juin 2017