• Soutenance de thèse,

Globalisation fiancière et croissance dans les pays en développement: mise en évidence des effets sur les instabilités financière et monétaire

Publié le 10 mai 2016 Mis à jour le 24 décembre 2017

Thèse de M. Gaies Brahim en économie sous la direction de Mme MADEUF en codirection avec M. Mounir BACCOUCHE

Date(s)

du 24 janvier 2018 au 25 janvier 2018

à 14h30 le 24 janvier 2018
Lieu(x)
Bâtiment B (Pierre Grappin)
Bâtiment B Salle René REMOND (B05)
M. Brahim GAIES, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du Doctorat de Sciences Economies (cotutelle).

CNU : 05 - Sciences économiques

Directeur de thèse :
Mme Bernadette MADEUF, Professeur émérite
Codirecteur :
M. Mounir BACCOUCHE, Professeur d'enseignement supérieur

Membres du Jury :
M. André CARTAPANIS, Professeur des Universités -  Institut d'études politiques
M. Nabi MAHOUMOUD-SAMI, Professeur d'enseignement Supérieur - Faculté des Sciences Economiques et de Gestion
Mme Fatma MARRAKCHI CHARFI,  Professeur d'enseignement Supérieur- Faculté des Sciences Economique et de Gestion
M. Dominique PLIHON, Professeur Emérite, Université de Paris 13
M. Mounir BACCOUCHE, Professeur d'enseignement Supérieur, Faculté des Sciences Economique et de Gestion
Mme Bernadette MADEUF, Professeur Emérite, Université Paris Nanterre


Résumé :
La présente thèse tente de savoir s’il est opportun pour les pays en développement les moins avancés de s’engager davantage dans le processus de globalisation financière pour promouvoir leur croissance, et si ce processus influence les effets des instabilités, financière et monétaire, sur cette dernière. A cette fin, la thèse se déroule en trois parties. Avant d’examiner le cadre théorique de la globalisation financière, la première partie esquisse sa genèse avec en arrière-fond la recherche d’une réponse au problème de sa régulation. La deuxième partie s’intéresse à la littérature sur les effets de la globalisation financière sur la croissance, afin d’en tirer les enseignements pour une étude de 72 pays en développement à revenu bas de 1972 à 2011. La troisième partie se focalise sur les impacts de la globalisation financière et des deux instabilités considérées isolément, puis en interaction avec la globalisation sur la croissance à travers deux études empiriques basées sur le même cadre spatio-temporel que l’étude précédente. Ces dernières sont précédées par une revue des relations entre la globalisation financière, l’instabilité financière puis monétaire et la croissance, avec une analyse théorique de l’instabilité financière. Il en ressort que les instabilités, financière et monétaire, ont des effets négatifs sur la croissance, tandis que la globalisation financière, et en particulier la globalisation par l’investissement contrairement à celle par l’endettement, promeut les bienfaits des politiques économiques et du commerce extérieur, en plus de son effet positif direct sur la croissance même en présence des deux instabilités dont elle diminue les effets négatifs.

Mots-Clés
Volatilité du taux de change nominal, Instabilité financière, Globalisation financière, GMM system, Panel dynamique, Effets d’interaction





Mis à jour le 24 décembre 2017