• Soutenance de thèse,

Contagion et intégration financière pendant l’entre-deux guerres : l’exemple de la Bourse de Paris

Publié le 21 novembre 2013 Mis à jour le 18 septembre 2017

M. HEKIMIAN Raphaël soutien sa thèse en sciences économiques sous le direction de Mme COUHARDE Cécile

Date(s)

le 6 octobre 2017


à 09h00
Lieu(x)
<Libellé inconnu>

 
M. Raphaël HEKIMIAN, présente ses travaux de recherche en vue de l'obtention du doctorat en Sciences Economiques

Section CNU : 05 -  Sciences économiques

Directeur de recherche :

Mme Cécile COUHARDE,  Professeur des Universités



Membres du jury :

M. Bernard BLANCHETON, Professeurs des Universités, Université de Bordeaux
M. Pierre-Cyrille HAUTCOEUR, Professeurs des Universités,  Université Paris 1
M. Jan ANNAERT, Professeur d'enseignement supérieur, Université of Antwerp
Mme Cécile COUHARDE, Professeur des Universités,Université Paris  NanterreM. Mme Valérie MIGNON,  Professeur des Universités, Université Paris Nanterre
M. Angelo RIVA, Assitant professeur, Européen Buiness School (EBS)

Résumé

 

Cette thèse a pour objet de revisiter, à la lumière de données financières historiques in¬édites, certains résultats de la littérature en histoire économique concernant la propagation de la Grande Dépression vers l’Europe, et plus particulièrement vers la France. Nous cher¬chons notamment à étudier les différents canaux de transmission à l’échelle internationale -boursiers, bancaires et monétaires- de cette crise et évaluons le rôle respectif qu’ils ont pu exercer dans la propagation de cette crise aux marchés financiers français. Les différentes contributions, que nous proposons dans cette thèse, sont avant tout empiriques et s’appuient sur un travail important effectué en amont de collecte et de traitement de données finan¬cières originales, provenant principalement des archives de la Bourse de Paris.
Plusieurs résultats importants émergent de notre travail. Notre analyse sur les marchés boursiers montre, tout d’abord, que le krach boursier américain de 1929 a eu un faible impact sur la bourse de Paris, De même, le système bancaire français a, dans son ensemble, plutôt bien résisté à la crise bancaire du début des années 1930, en raison notamment de la forte spécialisation qui le caractérisait à cette époque. Enfin, nous montrons que le niveau d’intégration financière entre les Etats-Unis, la France et la Belgique, à travers l’étude des relations bilatérales entre les marchés actions de ces trois pays, a eu tendance à se renforcer avec l’adoption par ces pays du système de l’étalon "de change" or. Cette forte intégration financière, couplée aux contraintes en matière de politique économique liées à ce système monétaire, pourraient ainsi expliquer comment la Grande Dépression s’est propagée en Europe et pourquoi la crise économique s’est prolongée dans des pays comme la France ou la Belgique, comparativement à d’autres grandes économies.

Mots Clés :

Histoire financière, prix des actions, contagion, intégration financière, Bourse de

 


Mis à jour le 18 septembre 2017